25 novembre 2012 12 Commentaires

Privés de déserts, épisode 2

Bonjour.

Moi, c’est Dr Sachs Jr, médecin généraliste.
Ne vous arrêtez pas au pseudo, je l’ai choisi il y a longtemps, sans penser qu’il ferait peur à certains, croyant que j’étais aussi idéalement bon que mon père spirituel, sans imaginer qu’il en irriterait d’autres, me reprochant d’usurper cette filiation avec mes nombreuses failles.
Je ne suis qu’un médecin lambda, avec 10 ans d’exercice et d’expérience derrière moi.

Comment j’aurais pu, il y a 5 ans, en inaugurant ce blog, imaginer que ça me mènerait à rencontrer le ministre de la santé en personne?

Je ne suis expert en rien, ni en démographie médicale, ni en politique, j’ai une vision nébuleuse du système de santé de nos voisins européens. Je ne connais pas le coût de la santé en France. Je n’ai pas de solution miracle pour l’avenir de ma profession.

Les propositions des #PrivésDeDéserts ne viennent pas de moi. Quelques uns des 24, plus inventifs et impliqués que moi, en ont eu l’idée; nous les avons discutées, adaptées, chacun a donné son avis, aboutissant à ce texte, imparfait, peut-être difficilement réalisable, mais qui a le mérite d’exister, quand on voit la masse des mécontents qui ne savent que grogner sans proposer d’alternative réfléchie.

Quand la ministre en personne nous a proposé une table ronde pour en discuter, je me voyais mal refuser l’invitation.

Nous avons été reçus cordialement, on nous a écouté, questionné sur notre démarche, notre quotidien, notre avis sur la question. Nous n’avions rien a vendre, rien a négocier.
Cela a peut être permis plus facilement d’échanger en toute honnêteté, au moins de notre côté. On ne nous a pas promis monts et merveilles, juste de prendre en compte nos pistes de réflexion.

Je crois qu’on est tous sortis satisfaits de cette rencontre.

Et puis est venu le temps de la couverture médiatique, et des commentaires de l’événement.
Que de haine, de jalousie, d’amertume on a pu lire ça et là.

Que ce n’était qu’une stratégie de communication.
Que nous ne serions peut-être même pas médecins.
Que nous n’étions pas représentatifs.
Que nous n’avions pas parlé des vrais problèmes.
Que ça n’allait rien changer.

Peut être que la ministre a pensé que ce serait bon pour son image, bien que je doute que ce fut sa première motivation.
Sans doute que 2 h de discussion, c’était insuffisant pour évoquer tout ce qui ne va pas, mais c’était déjà mieux que rien.
Je ne sais pas si elle s’inspirera de nos propositions, ou si les siennes amélioreront notre quotidien.

Ce qui est sûr, c’est qu’on n’était pas représentatifs de l’ensemble des médecins.
On avait des internes, des remplaçants, des collaborateurs, des médecins installés depuis 1 an, depuis 20 ans, des hommes, des femmes, de toutes les régions de France, travaillant en campagne, en banlieue, en ville, en hôpital local, en milieu pénitentiaire, investis dans des syndicats, le conseil de l’ordre.

Mais on n’avait pas de  grincheux cupides, frange non négligeable dans notre profession.

Désolés pour le manque d’exhaustivité.

12 Réponses à “Privés de déserts, épisode 2”

  1. Gélule 25 novembre 2012 à 17:21 #

    <3 On avait même des MSU et des enseignants de MG. #PasExhaustifsDuTout

  2. Barbara 25 novembre 2012 à 17:58 #

    Merci aux médecins blogueurs d’agir et de se battre pour une cause qui nous concerne tous et que les grincheux restent dans leur tour d’ivoire ! Et bravo pour le ton caustique à souhait, si ça peut vous rassurer, c’est dans toutes les branches professionnelles pareil :(

  3. Souristine 25 novembre 2012 à 17:58 #

    Tout est dit. Merci :)

  4. Asa 25 novembre 2012 à 18:35 #

    Je n’ai pas du tout vu la couverture médiatique de l’évènement (car c’en est un ^^), même si j’imagine bien ce qui pouvait être dit…
    En tout cas, moi je suis très contente que vous ayiez pu porter votre projet, et je pense que plus la ministre rencontrera de gens, de personnes différentes chaque jour sur le terrain, et pas que des syndicats, plus elle comprendra (peut-être) la réalité de ce terrain :)

  5. Malice 25 novembre 2012 à 18:42 #

    Bravo à vous !

    (Et vous aviez des « santé publique » ? (oui, pas forcément des médecins)
    #ManiaqueDelExhaustivité )

  6. Dr Foulard 25 novembre 2012 à 19:19 #

    Voila qui est bien résumé. Merci

    @Malice : non nous n’avions pas de « santé pub » parmi nous. Nous sommes tous des médecins généralistes travaillant ou se destinant à travailler en cabinet. Après, s’il y avait eu un MG avec une qualification en santé pub, ça aurait été un plaisir. Mais les propositions émanent de la réflexion de MG (avec quelques conseils de copains pas tous MG).

  7. thoracotomie 26 novembre 2012 à 13:13 #

    Il y a un problème de représentativité évident lié à un biais dans la sélection des 24. C’est comme ça, ce n’est pas grave, il faut l’admettre, détailler les CV n’y changera rien.
    Problème qui n’en est pas un puisque ce groupe n’est ni un syndicat ni une société savante. Les propositions sont là comme des idées en plus, c’est en ça que c’est positif.
    Médiatiser fortement cette initiative devait entraîner des commentaires négatifs inévitables, qui même désagréables servent aussi au buzz. Personnellement je ne suis pas d’accord avec toutes les propositions mais je n’ai pas pour autant été casser vos idées. Et d’ailleurs je ne suis pas allé lire les commentaires négatifs contre ce projet, justement pour ne pas lire de critiques assassines gratuites.
    Là où je ne suis pas d’accord c’est de réduire tout à un cliché en un schéma binaire et sous-entendre que « ceux qui ne sont pas avec nous, sont contre nous ». Ça ne me parait pas aider la médecine.

    • docteursachs 26 novembre 2012 à 17:17 #

      Ta réponse prouve qu’on puisse ne pas être d’accord sans descendre en flèche notre démarche.
      Personnellement, je ne me sens pas représenté par les médecins syndiqués que je côtoie, ni par les élus de mon conseil de l’ordre, je n’ai pas l’impression qu’ils comprennent mon quotidien ni qu’ils défendent mes intérêts.
      Le but de notre action n’est pas d’imposer nos idées comme les seules possibles ou efficaces, juste de lancer le débat et d’essayer d’avancer.
      Certaines critiques que j’ai pu lire sur Egora suite au billet de @docteurmillie, ou sur Twitter ne me semblaient pas aller en ce sens.

  8. Vince 26 novembre 2012 à 16:40 #

    Aaah la statistique des idées…
    Comme si « être représentatifs » empêchait le monde de dire de grosses conneries, comme si être nombreux permettait de mieux se faire entendre. Ecouter/entendre, regarder/voir…

    Merci à vous, les 24, qui participez à une réflexion sur le monde para/médical. On en a bien besoin, à tous les niveaux, là où règne la T2A, il faut opposer une qualité et une intelligence que les grincheux ont oubliées.

  9. Dame Raoul 4 décembre 2012 à 21:25 #

    Bah moi j’ai entendu une jeune femme médecin dire à la radio que pour rien au monde elle n’irait travailler dans un désert médical, que c’était pas possible avec ses enfants en bas âge, comme si dans la campagne y avait pas d’écoles, pas de nounous (et dire que j’ai grandi dans le val de saone nom di diou) que c’était pas bien vos mesures, qu’il fallait encourager les vieux médecins installés depuis tout plein d’années à s’installer dans ces déserts, et moi, j’ai bien rigolé, et pis j’ai pensé à toi, et puis j’ai pensé à moi qui rêve de m’installer dans un désert médical pour faire des photos de nature… bref…. bizzzz

  10. Doc 11 janvier 2013 à 20:22 #

    Bonsoir à tous et toutes
    Je suis médecin généraliste en zone rurale installée depuis 18 mois , en association.
    Je travaille 12 h par jour, 60 h par semaine … Et quand je prends une urgence à 19h30 le patient me dit : on ne peut jamais avoir de rdv dans la journée, maintenant je suis obligé d aller à la pharmacie de garde , en râlant !
    Sauf que moi j ai mange en 1/4 h et que je suis la depuis 8 h30 le matin mais ça tout le monde s en fout. Les médecins sont des nantis , qui sont responsables des dépenses et du trou de la sécurité sociale, ils travaillent de moins en moins surtout les jeunes comme moi , ils n ont pas à se plaindre… Etc etc …. J en ai ras le bol. Je vais dévisser ma plaque et faire autre chose.
    Parole d une jeune femme de 36 ans , désabusée d être traitée de la sorte par la société et les politiciens, passionnée mais épuisée.

    • docteursachs 21 janvier 2013 à 0:19 #

      J’espère que vous trouverez d’autres conditions pour retrouver le bonheur d’exercer ce métier. Un jour, vous ne considérerez pas cela comme un échec, mais comme une expérience qui vous a permis de trouver une voie plus adaptée.
      Je vous envoie mon soutien à distance.


Intervalle - formation - mo... |
Action contre le dopage |
Bien -être attitude |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Thérapeute multi référentiel
| DOUCEMENT LA MEMOIRE S'...
| pharmacieenligne